Relation à soi-même : un paradoxe nécessaire

Ce titre « relation à soi-même » est paradoxal. Une relation suppose la communication entre deux personnes puisque la relation est une sorte de connexion. Pour qu’il y ait connexion il faut deux éléments. Hors la relation à soi n’implique pas deux éléments ; autrement cela diviserait la personne. Ce qui n’est pas souhaité dans la relation à soi. Mais alors, comment être en relation avec soi-même ?

La relation en effet se joue entre deux ou plusieurs personnes. Parler de relation à nous-mêmes paraît donc une contradiction. Cependant, elle ne l’est pas. Pour entrer en relation avec un tiers, il convient de l’être par rapport à soi-même. Cela signifie une certaine assise personnelle, une harmonie intérieure et un désir d’ouverture.

Mal dans sa peau ? 

Différents slogans figurent dans les supports publicitaires. Ils nous rappellent sans cesse l’importance de la relation à soi. Parmi ceux-ci, nous nous souvenons sans peine de ces expressions : « mal dans sa peau ?… », « envie de bien être… », « perdre son ventre… », « perdre du poids en X jours », « ras-le bol d’ennuie ?… » etc. ; et les solutions vont bon train pour aider ceux qui se reconnaissent dans une des situations. Tous ces éléments expriment le désir d’un confort corporel, moral et spirituel. Pour y arriver, il ne s’agit pas uniquement de suivre tel régime, telle formation, de pratiquer tel exercice. Tout ceci est déjà un pas vers le bien-être. Cependant, le confort corporel, spirituel et moral demande une relation à soi. Pour ce faire, il convient de se familiariser avec soi-même.

Se familiariser avec sa personne pour une relation vraie

Cela suppose :

  • Que l’on reste en contact avec sa réalité de créature limitée, incapable de tout contrôler, ni de l’intérieur, ni à l’extérieur.
  • Que l’on prenne en compte les pressions et les passions qui s’exercent dans notre âme
  • Que l’on soit réellement face à nous-mêmes. Sans chercher à résoudre le besoin causé par notre ennui en étouffant ce face à face avec nous-mêmes.
  • Que l’on se confronte à son paysage intérieur afin de l’aménager le mieux possible.

D’aucuns pensent que la solitude favorise la relation à soi. Il ne s’agit pas de cela. La relation suppose que la personne soit « bien plantée dans ses bottes » intérieurement. Cela signifie qu’elle se connaisse elle-même à fond, qu’elle sache ce qui lui convient et ce qui ne lui convient pas. De cette manière, elle pourra s’ouvrir aux autres et au monde grâce à la relation interpersonnelle.

La relation à soi ouvre à la relation aux autres

L’ouverture à l’autre dans une relation demande l’ouverture à soi-même. Raison pour laquelle la relation avec un tiers est de bon ton lorsque la relation à soi-même existe. On ne peut vraiment s’ouvrir à l’autre que si l’on est ouvert à soi-même. L’autre parfois nous révèle qui nous sommes grâce à une réaction qui nous rappelle tout simplement notre richesse ou notre pauvreté. Il est important de creuser une telle réaction. De chercher à comprendre ce qui nous touche afin de mieux nous comprendre nous-mêmes et de mieux être en relation avec les autres.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *