M’accueillir tel que je suis

super

La découverte du trésor qui est en nous devrait nous amener à nous accueillir tels que nous sommes. Pour ce faire, partir de la question « qui suis-je » ? devrait nous permettre d’ouvrir des portes à ce qui peut sembler sans issue.

Pour rappel, le précédent article nous avait aidé à nous enraciner dans la force qui est en nous. Ce trésor que nous possédons et que nous ne voyons presque jamais. L’exercice proposé avait pour objet de nous mettre en route pour la recherche de ce trésor qui est dans le champ qui nous semble le plus inattendu : nous-mêmes. Posons-nous donc maintenant la question suivante:

Qui suis-je ?

Question philosophique certes ! Cependant, elle est surtout personnelle. Elle se doit d’être abordée par la personne telle qu’elle se perçoit elle-même.

A partir de ce que je sais de moi-même sans d’abord considérer ce que disent les autres, je peux mieux me représenter et me retrouver moi-même. L’image que j’ai de ma personne est très importante. Elle détermine ma personne dans son être, son agir et son savoir. Dans une certaine mesure, elle peut paraître erronée. Ceci s’explique tout simplement par le fait que cette image ne répond pas aux normes communes du être et du vivre en société. L’image que j’ai de moi devrait être le socle de la recherche du trésor qui est en moi.

Mon image : reflet du trésor qui est en moi

Ma personne dans son être et paraître est en quelque sorte l’interface du trésor caché en moi. Pour rechercher ce trésor, il convient de me connaître c’est-à-dire m’accueillir à partir même de l’image que je me fais de moi. A ce stade, il ne s’agit pas de juger mon image. Il m’est tout simplement demandé de la considérer telle qu’elle se présente à moi. De cette manière, travailler mon image pour éventuellement l’améliorer (il y a toujours besoin) serait plus aisé.

Travailler mon image : une voie vers la découverte du trésor

Le trésor caché en moi constitue la force qui me fait vivre. Le trouver contribue à ma croissance personnelle. Sa recherche en partant de l’image que je me fais de moi est une mise en route vers la découverte de ce trésor. Pour y arriver, travailler mon image s’impose. Ce travail doit se faire à partir de ma propre perception telle qu’elle est sans vouloir dans un premier temps « arranger, améliorer, embellir » mon image par soucis de bien me la présenter.

Comme souligné plus haut, je m’accueille tel que je me présente. Je considère, dans un second lieu ce que j’aimerais amender dans l’image que je me fais de moi et qui me fait peur, honte, bref, ce qui me déplaît. Après avoir repéré ce qui me semble négatif dans mon image, je m’appuis dessus pour commencer le polissage de mon image. Ces points négatifs sont comme la mauvaise herbe qui m’empêche de croître. Toutefois, cette mauvaise herbe est utile si je sais la repérer. C’est à partir d’elle que je peux travailler mon image et m’accueillir tel que je suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *