Le Trésor est en soi

vie int

Pour accueillir, il convient d’être pleinement conscient de ce que l’on reçoit. Le trésor tant recherché est souvent en soi. On le possède alors même que la plupart le cherche ailleurs.

Conscient ou non, l’imagerie populaire et l’avis des autres comptent. Pour beaucoup, elle détermine même la conduite à tenir pour chaque situation. L’attitude qui consiste à attendre et à recevoir est appréciée et même recommandée. 

Le parcours intérieur que nous commençons en ce début d’année nous aidera à nous enraciner dans la force qui est en nous. Pour commencer, il convient d’identifier ses rêveries.

Identification des rêveries

Quel est le contenu de mes rêveries ? Après les avoir identifié, je me pose ensuite la question : Comment est-ce que je me sens après ? Ennuyé et vide ? ou plein d’espoir et de courage ? A cette étape, je n’essaye pas encore d’analyser ce que j’ai pu découvrir. Mais, je me contente tout simplement de constater les résultats de mes rêveries.

Après ce constat, il conviendrait que je m’émerveille de ce que je suis et de ce que je possède. Eh oui ! Avoir des rêveries, c’est une force vitale. La nature de ces rêveries ne doit pas me faire peur. J’ai des rêveries, c’est la vie. Cela me suffit pour grandir. Ceci peut paraître choquant. Nos rêveries ne correspondent pas toujours aux attentes de la société. De ce fait, l’opinion de l’autre, bien qu’utile, prend cependant, une proportion parfois énorme.

L’opinion de l’autre

Sans porter de jugement, la plupart d’entre nous sommes coincés dans l’opinion des autres, de la société, de la mode, du milieu de vie, de la classe sociale etc. Si par exemple je vis dans un milieu où un grand nombre pratique le sport le dimanche matin, il est très mal vu que je ne fasse pas comme tout le monde. Du coup, je suis conditionné par le mouvement d’ensemble alors que cela m’empêche de réaliser mes rêveries si je préfère faire la grasse matinée le dimanche matin !

L’image que nous avons de certaines conceptions peut nous mettre à l’écart alors même que nous sommes dedans de plein pied. Cependant, notre mieux-être serait de puiser dans la source qui est en nous : élan et énergie nécessaire pour notre voyage dans la vie.

Vie intérieure

Notre expérience intérieure personnelle est d’une grande importance. Elle nous oriente lorsque nous sommes attentifs. L’ennui nécessaire est que nous n’aimons pas toujours ce que nous  y découvrons. Quand la vie intérieure est méconnue, la violence risque  de percer sous une forme ou sous une autre. Qu’elle se traduise en maladie physique ou mentale chez l’individu, en malaise social ou dans la société. Pour nous aider à nous familiariser avec notre vie intérieure et éviter la violence sous toutes ses formes, un petit exercice nous est proposé :

S’exercer à la vie intérieure

  1. J’examine comment je réagis à mes rêveries.
  2. Je rédige une notice nécrologique sur moi : la manière dont j’aimerais que ce soit écrit sur un journal pour annoncer mon décès. Cela paraît morbide. Mais c’est très utile pour nous permettre d’entrer en contact avec notre vie intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *