La maturité

maturité

Selon Pierre Corneille dans le Cid « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre d’années ». La remarque « vous manquez de maturité » fait contre écho à cette citation lorsqu’elle vient d’un aîné, un supérieur ou un ami.

Mais n’en restons pas au ressenti. Cette douleur devrait être le point de départ de la maturation qui, plutôt qu’un acquis définitif, est un processus continuel. 

La maturité : un processus continuel.

La maturité fait penser à l’accomplissement. Cependant, cet accomplissement n’est jamais totalement atteint. C’est un processus continuel qui s’acquiert au jour le jour. Elle n’a rien à voir avec l’âge. Le talent et les dons innés n’ont pas besoin d’attendre les années de maturité pour s’exprimer. Il n’est jamais trop tard pour commencer à murir. C’est une posture provenant de la personnalité, de l’éducation et de l’environnement et qui s’acquiert d’une manière continue.

Comment acquérir la maturité ?

L’adaptation à notre monde en perpétuel effervescence demande un minimum d’intelligence. Seulement, l’intelligence classique ne suffit guère si l’on s’y arrête là. La stratégie adoptée pour aborder les différentes étapes de la vie est fondamentale. Nous devons en permanence faire appel à l’intelligence émotionnelle en affinant notre capacité à utiliser au mieux nos émotions et notre intuition. Pour grandir en maturité ne remettons pas sans cesse au lendemain ce que nous avons décidé de faire après réflexion. Ayons la volonté et le courage de prendre des initiatives. Fixons-nous de petits objectifs d’action et avançons pas à pas vers le but tout en essayant de sortir de la case départ. Retenons ceci : on ne naît pas mature, mais on le devient peu à peu à force de voir, de juger et d’agir à temps opportun.

 

…Voir…

 

Il s’agit de voir la nécessité, le manque et la situation. Pour cela, ouvrir les yeux, être attentif à nous-mêmes, aux autres et à ce qui se passe autour de nous. Voir, c’est savoir être enraciné dans le réel et le concret.

Pour gagner en maturité : si nous sommes particulièrement rêveur, dans la lune, pas concrets, pas très organisés, ou bien introverti, plutôt solitaire, voire timide, c’est ce premier point qu’il faut améliorer. Ouvrons-nous largement sur la réalité, et soyons plus attentifs à ce qui se passe autour de nous. De cette manière, nous serons capables de…

 

… juger…

 

Après l’observation, il convient d’analyser et prendre le recul avant d’agir. Pour cela, il est utile de prendre le temps nécessaire, demander conseil afin d’éviter les erreurs et interprétations erronées. Comprendre est donc essentiel, dans tous les domaines de la vie, il n’est pas interdit d’exercer son intelligence. Pour gagner en maturité, il est important d’exercer son jugement par la réflexion avant de prendre une décision ou d’entreprendre une action. Intitule donc de laisser libre cours aux impulsions. Le jugement n’enlève rien à sensibilité, bien au contraire, elle affine celle-ci.

… agir.

 

L’action se fait pas à pas. Elle est l’étape ultime de la maturité. Après avoir observé et analysé, il est alors plus aisé d’agir. On peut prendre une décision adaptée à la situation, élaborer son projet de vie etc. Sans l’observation et l’analyse, l’action devient impossible. L’action bien préparée et bien mûrie,  permet en général d’atteindre l’objectif fixé. Elle ouvre ainsi les portes à de nouvelles expériences qui amènent à prendre d’autres décisions.

La réussite n’est pas au bout du chemin ? Il faut à nouveau voir, juger et agir pour rebondir.

Etre plus mûr(e) dans sa façon de vivre, c’est savoir enchaîner ces trois actes. Et cela peut s’appliquer à tous les domaines de notre vie : loisirs, vie amoureuse, travail, initiative personnelle…  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *