Vivre le confinement comme une contrainte bénéfique

carte-coronavirus-monde-maj-17-mars-2020-8dc39f-0@1x

Dans le langage informatique, à défaut de supprimer un virus, il faut au moins le mettre en quarantaine. Depuis quelques semaines, c’est le Corona virus qui a réduit la moitié de l’humanité au confinement, mis des millions d’individus en quarantaine et tué des milliers d’êtres humains. Face à cette situation inédite, il convient de peser nos appréhensions afin de mieux faire face à la pandémie qui sévit. 

La contrainte du confinement

On peut affirmer sans ambages que la contrainte n’est jamais une chose agréable. Lorsqu’un individu est contraint, il cherche naturellement à s’en sortir… est-ce le désir de liberté ou celui de survie, on ne saurait facilement caser cette réaction ordinaire et si spontanée chez les être vivants. Un virus sort de quelque part et se répand dans le monde entier. Les Etats essayent de maîtriser la situation en imposant de nombreuses mesures… seulement, les mesures prises ont du mal à prendre… surtout quand elles limitent les libertés. Personne ne veut rester confiné et pour cause ! Cela change considérablement nos habitudes et le confinement nous fait peur. Comme quoi, il n’est pas vaine besogne que de qualifier notre vie active comme étant un refuge nécessaire. Nous fuyons notre réalité proche pour nous réfugier dans notre travail, nos loisirs, notre cercle social, le shopping, bref l’ordinaire dans le temps. Avant le Covid 19, tout cela était notre normalité. Comme nous le faisait remarquer l’article précédent, nous ne questionnons quasiment jamais cette normalité. Et c’est ce qui constitue le nœud. Lorsque les choses ne sont plus comme nous les concevions et vivions, lorsque nous ne savons plus rien maîtriser, nous sommes désorientés. Alors nous faisons tout ce qui est à notre portée pour trouver de nouveaux repères. La condition présente nous invite à nous adapter et à chercher des moyens pour nous en sortir. Elle nous pousse au changement radical. Cette nouvelle donne nous contraint à bouger de notre zone de confort ; pas seulement physiquement mais surtout intérieurement, nous ouvrant des chemins insoupçonnés.

Et si le confinement nécessaire nous ouvrait des chemins insoupçonnés ?

La crise planétaire que nous vivons suscite des réactions diverses, variées et surtout controversées ; qui généralement convergent vers un désir d’être libéré du mal qui nous frappe, de retrouver notre chère liberté et de retourner à la normalité. Seulement, pour l’heure, ce n’est pas le cas. Le virus nous pousse au confinement et nous invite à une conversion essentielle. De quoi devons-nous nous convertir ou plus exactement à quoi avons-nous à nous convertir ? Suggérer une contribution mathématique à cette interrogation ne serait pas approprié. Il conviendrait d’aborder la chose de manière philosophique et personnelle. Les raisons psycho-économiques qui sont avancées pour justifier le refus du confinement ne nous aide pas à nous tourner vers les éventuels chemins insoupçonnés. Cherchons donc à nous adapter aux contraintes en tirant profit de ce confinement et en nous réorientant intérieurement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *