Savoir écouter son corps

Pour cultiver la confiance en soi, il convient de se connaître et donc, de savoir écouter son corps et de déchiffrer les messages qu’il nous envoie.

Généralement, nous avons tendance à penser que notre intelligence a son siège uniquement dans notre esprit conscient. Il est important de savoir que notre corps dans son entièreté est un réseau d’intelligence. Notre conscience ne saisit que très peu, et notre raisonnement encore moins, de tout ce qui se passe en nous. Notre corps et notre sentiment réagissent beaucoup plus vite aux événements que notre raison. Très souvent, ils nous avertissent d’un danger dont notre raison ne saisit pas tout de suite. Ils attirent notre attention sur des événements passés que nous n’avons pas considérés et qui, tout d’un coup, prennent de l’ampleur dans le présent. Pour comprendre ce qui nous arrive, il est important de savoir lire les messages que nous adresse notre corps.

Savoir lire les messages que nous adresse notre corps

Savoir identifier les signes que nous adresse notre corps est déjà un indice pour retrouver le trésor tant recherché et caché au fond de nous. Des exemples sont multiples : avoir froid sous une chaleur torride est un signe avant-coureur de la malaria. Une douleur vive sans explication annonce quelque chose… la migraine que l’on n’arrive pas à calmer avec des simples antalgiques signifie autre chose. Des maladies « incurables » que l’on n’arrive pas à identifier la cause ont des explications appropriées. Il convient de faire attention à tous ces signes pour déchiffrer le message que notre corps veut nous transmettre.

Faire la part des choses

Pour ce faire, le principe est simple. D’abord user du discernement. Cela signifie tout simplement, faire la part des choses. Ce que nous vivons ne vient pas de l’extérieur. Cela se passe en nous-mêmes. Nous ne le dirons jamais assez. Si j’ai une migraine persistante que je n’arrive pas à calmer avec du paracétamol, je dois m’arrêter un instant et me poser la question du pourquoi. La réponse, je suis la seule personne à la détenir. Je fais un retour sur moi. Je relis ma journée. Si cela ne suffit pas, je remonte à une semaine, à une quinzaine, voire à un mois au besoin. Après cette relecture, je me pose la question de savoir quel est l’événement qui domine mon esprit ou qui me tient tant à cœur. De la réponse trouvée dépendra la suite de mon enquête. En principe, je vais vite trouver. Si je n’arrive pas à réaliser un projet ou si je vis une déception, un échec, je comprendrai alors très rapidement qu’il s’agit de ma difficulté à transcender l’ennui, la tristesse ou la frustration qui m’habitent. Si je suis inquiète, par rapport à la réussite escomptée sur un projet à venir, si je suis dans l’impasse sur une situation que je ne parviens pas à dénouer, alors, j’ai là des outils qui me permettent de déchiffrer les messages que m’adresse mon corps.

Plus j’emploierai cette méthode, mieux je déchiffrerai aisément les messages que m’adresse mon corps. De cette manière, je serai moins vulnérable face aux situations difficiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *