PRENDRE UNE DECISION pour être libre

Vélo ou pas vélo telle est la question…

 « Je suis indécise » lisait-on dans les panneaux publicitaires sur les stations de métro à Bruxelles il y a quelques semaines de cela. En effet, pour ceux et celles dont les souvenirs se sont envolés, l’image qui accompagnait ces paroles n’était autre chose qu’une femme visiblement indécise devant un système de location en libre service de vélos. Cette dernière devait se rendre au travail comme tous les matins. Sur la photo publicitaire, elle se trouvait devant un dilemme : emprunter comme moyen de transport, sa voiture ou un vélo.

Cette publicité peut paraître anodine de prime abord. Elle incite bien sûr les citoyens à utiliser le vélo comme moyen de déplacement plus écologique. En plus de cela, ce moyen s’avère bon pour la santé mentale et physique de la personne. Si l’on ne s’y attarde pas, il est probable de voir tout simplement l’incitation à utiliser le vélo pour limiter les embouteillages dans la ville ; ce qui n’est pas mal non plus. Cependant, derrière cette courte phrase « je suis indécise », se trouve résumée l’attitude qui habite la plupart d’entre nous.

L’art de décider

L’indécision est un manque de précision dans une situation donnée.

Prendre une décision, n’est pas si simple. C’est un acte qui relève d’un art, qui, pris au sérieux, peut éviter un certain nombre d’ennuis. Cela peut même conduire à bien être et à une équilibre de vie. Notre vie n’est pas toute tracée. Elle est entre nos mains. La manière dont nous la menons dépend de chacun (e) de nous.

Hors, les décisions font partie intégrale de nos vies au quotidien. L’exemple type qui nous est rapporté relative à l’indécision sur le moyen de transport à prendre illustre bien ce propos. En effet, prendre une décision relève d’un acte libérateur qui implique la responsabilité de la personne afin de le rendre plus libre. Cela signifie concrètement que face à une situation, il s’agit d’examiner les contours, peser le pour et le contre afin de prendre une décision libre et libérée.

Décidez pour être libre

Une décision libre par rapport à la décision même. Libérée parce qu’enfin, l’on se décide. L’acte de décision met la personne à l’abri de l’indécision ! C’est un exercice à laquelle chacun (e) de nous est confronté au quotidien. Et pour cela, prendre une décision demande de l’entrainement. Celui-ci a pour objet d’éviter des soucis inutiles. Pour ce faire, il est important de dialoguer avec soi-même dans une écoute de ses propres désirs. 

Il est donc conseillé de prendre le temps nécessaire, de faire silence en soit, de choisir le lieu adapté au besoin, de peser le pour et le contre par rapport à la décision à prendre et  enfin, de suivre son intuition. Autrement dit faire ce que l’on sent au fond de soit.

Méthodes pour décider

Pour celles et ceux qui ont besoin d’un cadre plus formel et systématique pour prendre une décision, voici deux méthodes abordées par Cindy Theys dans ma formation de Life coaching qui peuvent être utiles. 

La matrice de décision 

Premièrement, créez un tableau et incluez-y des critères de sélection sur l’axe des abscisses (rappel : ligne horizontal  😉 ) Imaginons que vous voulez choisir entre plusieurs formations pour devenir coach et plusieurs vous plaisent.

Disons que ces 3 critères soient importants pour vous : le budget, le délai et l’approche pédagogique. 

Propositions

Budget  (2)

Délai (1)

Pédagogie (3)

Total:

Formation A

4

4

3

21

Formation B

3

4

4

22

Formation C

2

3

4

19

Attribuez ensuite un coefficient à chaque critère (ex: budget (2)) afin de donner un poids différent à ceux qui sont les plus importants pour vous. 

Donnez une note (de 0 à 5) pour chaque proposition. 

Multipliez la note da chaque critère par le coefficient pour obtenir un résultat total par proposition. 

Enfin, choisissez la proposition qui obtient le plus de points. 

Bien que cette méthode soit simple, elle n’offre pas beaucoup de place aux émotions. 

Le Mind Mapping

Utiliser une carte mentale (ou Mind Map) permet de se faire une vue d’ensemble avant de prendre une décision. Cette méthode permet de prendre conscience de la complexité d’un problème et de collecter toutes les informations utiles. Elle peut aussi être un excellent outil pour prendre une décision à plusieurs (ex: choisir une destination de vacances en famille). 

Si vous vous posez des questions sur votre carrière, cherchez à vous réorienter mais ne savez pas quoi faire, vous pouvez créer une carte reprenant votre situation professionnelle actuelle avec comme éléments votre environnement de travail, vos conditions de travail actuelles, votre rémunération et vos perspectives d’évolution. 

Ensuite, cherchez à définir vos valeurs, vos compétences et vos buts dans la vie.

Ajoutez ensuite sur la carte les différentes alternatives s’offrant à vous en prenant soin d’identifier pour chacune les avantages et les inconvénients. 

Après un temps de maturation, l’inconscient va continuer à fonctionner et en regardant votre carte, la solution pourrait apparaître devant vous. Si ce n’est pas le cas, retravaillez avec une pondération (comme avec la matrice de décisions), en établissant des critères en fonction de vos valeurs et en octroyant des points pour chaque critère. Choisissez ensuite l’alternative avec le plus haut score. 

Ecouter son coeur et ses désirs

Choisir d’aller au travail en vélo plutôt qu’en auto ou changer d’orientation professionnelle relève en effet de plusieurs éléments. Pour chacun (e), tous ces éléments n’ont pas le même degré d’importance. Raison pour laquelle l’acte de décision relève de l’écoute de soi et de ses désirs. Cette écoute bien sûr doit tenir compte de l’entourage. Il est en effet important de prendre le temps nécessaire pour voir ce qui correspond à son propre désir sans que cela compromette la vie autour de soi.

Enfin, prendre une décision n’est pas seulement un acte réservé aux grandes décisions de la vie. Prise avec sérieux, chacune de nos décisions (grandes ou petites) nous aide à mieux vivre avec nous-mêmes et avec notre entourage.

12 comments

  • Samuel-Ulrich LOTSU

    J’aime bien cet article.

  • Une décision. Voilà qui préside aux destinées; quelles qu’elles soient. Personnelles, familiales ou étatiques. Si on arrivait vraiment à prendre de bonnes décisions, là il faut et au moment où il le faut, le monde se porterait mieux et on n’aurait pas à regretter nos actes… « Nos actes manqués » est un titre de J.J. Goldman qui me plaît bien. Il n’aurait pas été chanté si chacun arrivait à prendre de bonnes décisions.
    Je dois par ailleurs avouer que l’exercice auquel sont soumis vos lecteurs ne s’offre pas au premier venu. D’où la nécessité de proposer mieux qu’un texte comme guideline mais aussi un accompagnement concret.

    • Merci pour votre commentaire. Prendre la décision juste au moment juste est un art qui se cultive avec la pratique, l’écoute de soi, la confiance en soi et… quelques méthodes. Quant aux méthodes proposées dans l’article, un accompagnement peut effectivement être nécessaire. Si vous êtes intéressé, nous pourrions avoir un échange direct. Dans ce cas, vous pouvez m’envoyer vos coordonnées via le formulaire de contact.

  • intéressant pour prendre une décision…

  • Très éclairant comme article pour la vie. On est confronté à une multitude de choix. J’ai aimé surtout l’écoute de soi, pour découvrir ce que nous portons au plus profond de nous.
    Merci

    • Merci pour votre feedback et pour avoir partagé ce qui vous a le plus parlé ! Aller à la découverte de ce qui nous habite est la plus belle des aventure !!

  • Merci infiniment pour ce beau sujet. En effet, prendre une décision c’est de l’Art. Il faut éviter de se presser dans la prise de décision car quelque soit la décision, elle engage notre personne et notre vie. Il est donc impératif de s’écouter et écouter l’entourage dans le cas échéant.
    L’écoute est et reste le maître mot et l’attitude qui nous aide à prendre une décision la plus bonne possible.
    A bientôt ma Grande

    • Merci à vous pour votre intérêt. Oui, l’écoute est primordiale dans la prise de décision comme dans d’autres aspects de la vie. Mais pour s’écouter vraiment, il faut apprendre à faire silence et à taire son mental pour écouter son coeur.

    • PS: Samuele est un prénom masculin avec un « e » en italien 😉

  • cet article est très actuel! il semble avoir un caractère theorique pourtant la mention de l’écoute de soi en est le point focal. C’est justement ce point qui semble si evident puisqu’il s’agit de soi, qui est en realité plus complexe; on est plus souvent influencé par les avis et les désirs des autres que ceux que nous pourrions ressentir vraiment au fond de notre être.
    Quoi qu’il en soit tu l’as dit c’est un exercice donc des efforts à faire! il est bien après tout de s’écouter un peu!

    merci
    bel article

    • Tu as raison Flore, il n’est pas évident d’être réellement à l’écoute de soi.. S’aimer c’est aussi savoir s’écouter. La méditation peut être un moyen efficace pour faire taire les « autres voix » et se mettre à l’écoute de sa voix intérieure.. Sur ce, je te conseille de lire mon article traitant de la méditation: http://lifecoachingpourtous.com/la-meditation/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *