La philosophie: une voie de transformation

philosophie

Dans l’Antiquité, la philosophie était enseignée comme un ensemble de connaissances incluant toutes les disciplines, mais surtout comme un art de vivre au quotidien. Avec Socrate, la philosophie trouve sa pleine expression dans la pratique volontaire et personnelle qui opère une transformation sur l’individu. Pour cela, étaient préconisés les exercices spirituels.

 La philosophie est une voie de transformation. C’est en mettant les enseignements en pratique, que l’apprenti philosophe se transforme. De ce point de vue, le véritable philosophe n’est pas celui qui parle mais celui qui agit. L’action, autant interne qu’externe, implique un certain mode de vie, une direction spirituelle, des examens de conscience, des exercices de méditation et elle correspond aussi à la bonne manière de vivre comme citoyen dans la cité.

Une bonne entente

Le but de la philosophie est de parvenir à vivre en bonne entente avec soi-même, les autres et l’univers. Il s’agit de chercher la manière la plus juste d’accomplir ses devoirs envers ces trois domaines de la vie. Comme le dit Épictète «Qu’est-ce que l’homme ? Une partie de la Cité, de la grande Cité, celle des dieux et des hommes et de la petite, à l’image de la cité universelle.» Pour cela, le philosophe emprunte une voie de formation du corps et de l’esprit. Il apprend à se préparer aux difficultés de la vie, à se détacher et à mourir, pour s’intégrer à une dimension plus universelle qui le transcende. Elle lui permet de sortir de son moi «partial et partiel» pour parvenir à une vision objective à la lumière de la Raison (Intelligence universelle selon les Stoïciens, Logos selon Platon).

Les trois axes de la philosophie

L’étude de la philosophie comprend trois axes de travail qui se transmettent à travers un discours et se vivent par la pratique :

– l’éthique permet de comprendre la nature humaine et les qualités à développer pour maîtriser son corps, son âme et son esprit, afin de faire naître en lui l’harmonie comme reflet de la sagesse, pour vivre pleinement sa nature humaine.

– La logique aide à penser de manière correcte et à exercer sa pensée au quotidien, en développant l’art du dialogue et de l’échange.

– La physique modifie l’attitude envers le cosmos, permettant de voir les choses telles qu’elles sont, prendre conscience de faire partie d’un tout, accepter son déroulement nécessaire (cycles, alternances, vie et mort), contempler l’univers dans sa splendeur, reconnaître la beauté des choses les plus humbles et parvenir à une perception désintéressée du monde que l’on redécouvre comme la première fois.

Apprendre à vivre quotidiennement

Avant tout, la philosophie est une thérapeutique des passions, qui provoquent souffrance, désordre, inconscience, par des désirs désordonnés ou des craintes exagérées. Un certain nombre de pratiques permettent de vivre pleinement chaque jour de l’existence en essayant de trouver la meilleure harmonie en soi et avec les autres. Au réveil, en considérant chaque instant comme unique et exceptionnel, s’éveiller et prendre bien possession de soi-même se rappelant pourquoi nous nous levons. Comme le dit Marc Aurèle «c’est pour faire œuvre humaine que tu te lèves chaque jour ». Ceci met en mouvement la volonté. Ensuite, anticiper mentalement, avant d’entrer en action, le déroulement de la journée et l’intention que nous porterons à chaque instant, rencontre, action ou difficulté, tout en restant ouverts à la part d’inconnu que la journée réservera. Ceci met en mouvement l’imagination. Tout au long de la journée, se rappeler ses devoirs, pour essayer de bien les accomplir dans chacune des actions, sans se laisser emporter par les passions, mais guidés par l’Intelligence et éclairés par le Moi universel, plutôt que le moi partial et partiel. S’observer, se maîtriser et se corriger dans l’action. Ceci met en marche la concentration et l’attention. L’attention est une conscience de soi toujours éveillée, qui facilite la vigilance en la concentrant sur le minuscule moment présent, toujours maîtrisable, dans son exiguïté, tout en ouvrant la conscience à la valeur infinie de chaque instant.

Des règles de vie

Pour avoir toujours sous la main les principes, il faut mémoriser et méditer la règle de vie. En mobilisant l’imagination et l’affectivité en plus de la pensée, il faut les appliquer à toutes les circonstances de la vie, car il ne s’agit pas d’un simple savoir mais d’une pratique qui conduit à une transformation de la personnalité. Et le soir, en se couchant, se remémorer l’action du jour pour en tirer des enseignements utiles et engranger l’expérience. Réaliser l’examen de conscience pour faire le bilan de ses petites victoires et de ses erreurs. Comme le disent les Vers dorés attribués à Pythagore : «Que jamais le doux sommeil ne ferme ta paupière avant d’avoir examiné chacune des actions de la journée : qu’ai-je fais, qu’ai-je omis ? Parcours-les toutes de la première à la dernière. Si elles sont mauvaises, condamne-toi, si elles sont bonnes, réjouis-toi.» Remémorer et écrire cette expérience pour en garder mémoire.

Aller au centre de soi-même

Lorsque l’être humain harmonise ses pensées, ses paroles et ses actes dans un seul centre, il redevient une unité. On peut alors parler d’un véritable individu, qui peut agir depuis son propre cœur avec toutes ses forces, pour accomplir son idéal de sagesse. Il peut vivre en philosophe, conscient du sens et de la valeur de son existence. Comme le dit Délia Steinberg Guzman : «Celui qui sait aller au coeur de toutes les choses, doit pouvoir aller à son propre coeur.» Aller au centre de soi-même, à son propre cœur permet l’expression de l’Être.

Auteur: Laura Winckler

Titre original: Les exercices spirituels dans les écoles de philosophie antiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *