Le Chemin du Héros

Guerrier-de-lumiere

Alex, un jeune homme dans la force de l’âge, à la fois déterminé, sensible et intelligent avait décidé de parfaire son apprentissage de la Vie.

Il alla voir un Vieux Sage à qui il demanda : « Éclaire-moi sur le Sentier de la Vie ».

Vaste sujet, n’est-ce pas ?

Le Sage voulut bien accéder à cette demande. « Tu vas trouver 3 portes lui dit-il. Lis ce qui est inscrit sur chacune d’entre elles. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. ». Le Vieux Sage disparut alors.

Le Chemin du Héros

Changer le monde

Alex décida donc de s’engager sur le Chemin de la Vie. ll se trouva bientôt face à une grande porte où était écrit « CHANGE LE MONDE ».

« C’est bien ce que je comptais faire se dit-il. Il y a des choses qui me plaisent mais d’autres ne me conviennent absolument pas ! » Et il entama avec fougue son premier combat à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à essayer de changer la réalité selon ses désirs. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas l’apaisement du cœur car s’il arriva à changer certaines choses, beaucoup d’autres lui résistèrent.

Bien plus tard, le Vieux Sage réapparut et lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit Alex, à discerner ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ; une petite partie est en mon pouvoir mais tout le reste m’échappe « .

« C’est bien, dit le Sage. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui t’échappe. » Et il disparut.

Changer les autres

Alex reprit sa route et trouva une seconde porte. On pouvait y lire « CHANGE LES AUTRES ».

« Oui, tout à fait se dit-il ! Les autres peuvent donner du plaisir et de la satisfaction mais aussi de l’amertume, de la colère et de la frustration ! » Et il chercha à modifier le caractère de ceux qui pouvaient le déranger et à extirper leurs défauts..

Bien plus tard, alors qu’il méditait sur ses tentatives de changer les autres, le Vieux Sage réapparut : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit Alex, que les autres ne sont pas la cause de mes plaisirs ou de mes déplaisirs. Ils n’en sont que le révélateur ou l’occasion. C’est en moi que prennent racine toutes ces choses. »

« Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu’ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers tous car à travers eux, la Vie t’enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir. » Et le Sage disparut.

Changer soi-même

Alex repartit et trouva la 3ème porte avec ces mots « CHANGE-TOI TOI-MÊME ».

« Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il. Il s’acharna alors à changer son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à rejeter tout ce qui ne lui plaisait pas en lui.

Bien plus tard, comme il réfléchissait à ce qu’il avait réussi et à ce qu’il avait raté, le Vieux Sage réapparut et demanda à nouveau : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit Alex, que s’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer, il y en a d’autres qui nous résistent et qu’on ne peut changer. »

« Parfait, » répondit le Sage.

« Certes rétorqua Alex, mais voyez-vous, je commence à être vraiment fatigué de me battre contre tout, contre tous, contre moi-même. J’ai envie d’arrêter et de tout abandonner. »

Le Sage le regarda longuement. « Figure toi que c’est ton prochain apprentissage, dit-il lentement. Mais d’abord, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. » Et il disparut.

Le Retour du Héros

S’Accepter

Regardant derrière lui, Alex découvrit alors que la 3ème porte portait sur sa face arrière ces mots : « ACCEPTE-TOI TOI-MÊME. »

Comment ne l’avait-il pas remarqué ? « Quand on combat, on devient aveugle », se dit-il. Il se rendit compte également que gisait sur le sol tout ce qu’il avait rejeté et combattu en lui : défauts, ombres, peurs, limites et vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer.  Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer.

Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, dit Alex, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi-même, totalement, et je dirais même inconditionnellement ! »

« Bravo ! dit le Sage, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte. »

Accepter les autres

A peine arrivé de l’autre côté, Alex découvrit au verso de la seconde porte ces mots : « ACCEPTE LES AUTRES ».

Il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu’il avait aimées et celles qu’il avait méprisées, celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il n’arrivait plu à voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il s’était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » demanda ce dernier.

« J’ai appris, répondit Alex, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement et même inconditionnellement. »

« C’est parfait !, » dit le Vieux Sage. Ça, c’est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte ».

Accepter le monde

Arrivé de l’autre côté, le Alexa découvrit derrière la première porte : « ACCEPTE LE MONDE ».

« Comme c’est bizarre, se dit-il, que je n’aie même pas vu ça la première fois ». Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. Pourtant, c’était le même monde qu’autrefois. Qu’est-ce donc qui avait changé : le monde ou bien… son regard ?

Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, dit Alex, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est heureuse, le monde lui semble joyeux. Quand elle est abattue, le monde lui semble triste. En fait, le monde n’est ni joyeux ni triste. Il est là ; il existe ; c’est tout. Ce n’était pas le monde qui me gênait, mais l’idée que je m’en faisais. J’ai appris à accepter sans le juger, totalement et… inconditionnellement ! »

Tu viens donc de découvrir la 3ème Sagesse, dit le Sage. Te voilà à présent en accord à la fois avec toi-même, avec les autres et avec le Monde. »

Alex ressenti alors un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude. Un grand Silence était en lui. « Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence ».

Tout était dit. Le Sage disparut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *