Fêtes de fin d’année: entre symbolisme et routine

Bonne année 2-1

La symbolique de la fin d’année, nous renvoie à notre propre fin. Nos comportements et nos besoins l’expriment. C’est pourquoi à Noël, les familles se retrouvent. Joie de se revoir, joie d’avoir survécu et tenu bon… toutes ces joies ont leur place.

Le fait de le répéter tous les ans entraine la routine. Et cela devient un devoir plutôt qu’une symbolique réelle et profonde. Les retrouvailles en famille et entre amis sont fixées un an à l’avance. Et pourtant, les années se suivent et ne se ressemblent pas toujours. La fin d’une année est un moment de relecture de son vécu. C’est aussi l’occasion de prendre des résolutions pour améliorer ce qui l’est déjà et surtout ce qui ne l’est pas encore dans notre vie.

Il convient, pour se faire de placer ce moment sous regard de la vérité. Vérité envers soi-même et vérité aussi envers les autres et l’univers. Cette vérité a pour but de retrouver la paix pour mieux avancer sur le chemin de vie.

Pour ce faire, la question essentielle est de savoir ce que l’on veut vraiment. Se le dire, c’est déjà se le donner. Se donner ce que l’on désire, signifie y croire fermement. Y croire, permet de partir sur cette base. De cette manière, les éléments nécessaires sont réunis pour obtenir son vœu.

Que ces retrouvailles ne soient pas purement routines. Qu’elles nous aident à préparer notre propre rencontre avec nous-mêmes, nos amis et avec les membres de nos familles. Que la paix et le pardon soient au centre de ces retrouvailles.

Dans la vidéo qui suit, un père nous donne un exemple extrême du type de pardon qui peut faire naître la paix. Bien qu’ayant personnellement beaucoup de mal à m’identifier avec ce père et son geste, j’estime que cet exemple a le mérite de nous montrer ce dont est capable l’homme quand il fait preuve d’amour inconditionnel…  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *