Ecoute active: un art à cultiver

écoute active

La vie estudiantine, professionnelle, familiale donne l’occasion d’exercer cet art qu’est l’écoute active. Et pourtant, que d’incompréhensions de part et d’autre dans notre quotidien. Ces incompréhensions font partie de notre vie. Cependant, nous avons à travailler pour les élucider à travers une écoute active.

Qu’est-ce que l’écoute active ?

L’écoute active est une disposition de bienveillance. On écoute attentivement ce que dit l’autre tout en étant disposé à l’accueillir comme constructeur. Il est mieux d’éviter le jugement hâtif genre : « il est toujours comme ça, il radote, il est hors sujet… ». Il s’agit d’être ouvert à ce que dit l’autre, en étant réceptif, en évitant de se projeter dans l’autre, en désirant le comprendre.

Quelques dispositions pour mieux écouter :

  • Ecouter celui qui parle en se demandant : que veut-il me dire, quels sont ses sentiments, ses préoccupations, sa manière de voir ?
  • Faire de l’empathie : « se mettre dans la peau de l’autre », essayer de comprendre son cadre de référence, de l’accepter, tel quel sans porter de jugement et sans nécessairement être d’accord avec lui.
  • Reformuler l’avis de celui qui parle, pour l’aider à aller plus loin : s’il dit oui, c’est que nous l’avons compris.

L’écoute active permet de réduire les comportements agressifs et défensifs des interlocuteurs, favorise la communication et la compréhension réciproques. Elle valorise votre interlocuteur. Elle dépassionne ainsi l’échange et permet d’aboutir à une solution commune.

L’expression

L’expression fait partie de l’écoute. De la manière dont on a écouté dépend ce que l’on va dire. Autrement, il y a risque de se mettre soi-même hors sujet. Pour éviter cela, il convient de procéder de cette manière : après avoir écouté les autres, donner calmement son point de vue, en évitant de monopoliser la parole.

Pour intervenir de façon constructive dans le débat, tenir compte des points de vue exprimés par les autres ; ne pas me laisser entraîner par un climat passionné : éviter de mettre en cause les personnes, revenir à l’objectivité des faits, des solutions à trouver ; éviter d’humilier l’autre ; mais aussi, oser prendre la parole pour faire profiter le groupe de ce que l’on peut apporter. Attention au « démon muet » de la bouderie.

L’écoute active demande le don de soi. Il convient de se dépasser pour être à la hauteur du défi que demande l’écoute. Éviter de prendre sur soi les pics et les paroles déplacées venant de celui qui parle. Il convient également d’éviter d’être à fleur de peau. Tout ce qui est dit de malveillant ne doit pas nécessairement nous atteindre à plein cœur. Il ne s’agit pas de le prendre sur soi ni pour soi quand bien même cela se présente de cette manière. L’écoutant est celui qui nourrit le dialogue et facilite un climat de paix.

A bon entendeur, salut !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *