De l’ombre à la lumière : zoom sur l’année

 ombre-lumière

Cet article fait écho à un précédent basé sur la relecture.  Au terme d’une année,  il y a « à boire et à manger ». Il est conseillé de se poser pour relire l’année et préparer la suivante. C’est une étape fondamentale qui convie à se poser deux questions : 

Que devons-nous relire? Et qu’en faire ?

La relecture d’une année consiste à se remémorer sans effort des événements marquants sur le plan personnel et collectif. Cette démarche a pour objet de mieux nous armer pour faire face à ce combat loyal et pourtant pas toujours évident comme tel mais qui marque notre vie au terme d’une année. Ce combat étant la peur qui nous hante et qui nous pousse parfois à bout. Concrètement, il va falloir :

Revoir les événements et moyens qui nous ont aidés au cours de l’année écoulée, qui  nous ont rendus plus disponibles à l’accueil de la vie en nous. Sur le plan personnel : comment ai-je vécu telle situation ? Par exemple les gilets jaunes. Sur le plan collectif, qu’est-ce qui m’a le plus animé ? Une conviction personnelle ou alors le mouvement de foule ? Méditer et en tirer profil pour maintenant  et surtout pour l’avenir.

D’autres évènements, certainement nous ont détournés de notre désir profond : aimer en actes à la manière du Transcendant. Arrêtons-nous un instant pour en prendre conscience et ainsi repartir en choisissant ce qui nous aidera davantage, au point où nous en sommes. Ce second mouvement nous ouvrira à la récolte des fruits de l’année écoulée.

Cueillir les fruits…

Il est question ici de marquer le temps par un acte de reconnaissance.   Qu’avons-nous vécu dans nos relations interpersonnelles ? De quoi pouvons-nous rendre grâce? Qu’est-ce qui a été source de progrès, écoute intérieure ?
En répondant à ces quelques questions,  accueillir les moyens qui ont été aidants, pour nous-mêmes et pour notre entourage. La récolte des fruits de l’année nous engage à nous décider pour la suite.

… pour décider …
chacun désire ce qui est bon et aimerait le vivre davantage. Pour décider, il est utile de revoir les événements heureux de l’année et de voir dans quelle mesure les réitérer. Deux exemples :

  1. Le bienfait d’une rencontre, d’un service rendu ou reçu peuvent décider ce désir.
  2. Une remarque (même difficile à accueillir) m’a déplacé d’une manière inattendue. Je repère ce qui m’a aidé à être plus disponible intérieurement et décide de le cultiver en solidarité avec d’autres.

… et avancer solidairement.
Ayant perçu ce qui me sera une aide pour le point où j’en suis, j’en fais part à une ou plusieurs personnes de confiance et ou de proche : ainsi mon choix devient plus réel et je ne serai pas seul pour le mettre en pratique, les autres m’encourageront. Cette ouverture à l’autre a pour but de me laisser interroger par elle au courant de l’année. De cette manière, je me fais aider et je suis à même d’aider.

Bon nouveau départ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *